Waldemar Bartkowski

    Né en Pologne, Waldemar Bartkowski est formé à l’Académie Nationale de Danse de Poznan. Engagé comme danseur au Grand Théâtre de la ville, il collabore avec le chorégraphe polonais Conrad Drzewiecki, directeur du Théâtre polonais de la danse (Poznan).

   Quittant son pays natal, pour faire carrière à l’étranger, il arrive en France en 1981. Il est engagé comme danseur à l’Opéra de Lille sous la direction artistique de M. Boris Tona et participe à plusieurs festivals de danse en Italie. En 1984, il entre au Ballet du Nord de Roubaix où il interprète pendant vingt ans des rôles de soliste. Il a alors l’opportunité d’être à plusieurs reprises le partenaire de la danseuse Étoile Elisabeth Platel. Si Waldemar Bartkowski travaille plus spécifiquement dans le répertoire de George Balanchine et Alphonso Cata, il sert aussi d’autres chorégraphes classiques contemporains tels Jean-Christophe Maillot, John Teras ou Roland Petit…           

     Aujourd'hui, il se consacre entièrement à la création chorégraphique. Dès 1990, soutenu par Alphonso Cata, il signe sa première chorégraphie. Depuis les créations se sont succédées avec comme dénominateur commun l’exigence affirmée d’une parfaite maîtrise technique. Cependant son univers est empreint d’une grande sensibilité. Il raconte des histoires, des récits qui mettent en scène la question des relations humaines : l’amour, la mort, les rencontres, la solitude... Rejetant toute expression par la violence, Waldemar Bartkowski parvient cependant à suggérer la gravité de nos choix et de nos actes. Il n’hésite pas à introduire des allusions à la danse de caractère qui ponctuent de leur dynamisme les solos convaincants et les enivrants pas de deux.

     Parallèlement à ce travail sur le corps et le mouvement, Waldemar Bartkowski expérimente la pratique des arts plastiques : peinture, gravure, sculpture. Les notations colorées accompagnent de leurs nuances des silhouettes anonymes et musclées qui ne sont pas sans évoquer les morphologies charpentées des danseurs. Ce travail de plasticien rejoint celui de la scène puisqu’il conçoit et réalise parfois les décors de ses propres créations chorégraphiques. 

Heidi Edgren Bartkowski

    Née en Californie, Heidi Edgren Bartkowski est formée à l’école de Danse du Ballet Pacifica de Laguna Beach (Californie). Elle approfondit sa formation au Marjorie Mussman Studio de danse de New York City. Engagée au Ballet Pacifica de Laguna Beach (Californie) puis au Ballet Arizona de Phoenix (Arizona), elle interprète les rôles de soliste dans Casse Noisette, Cendrillon, Giselle, Coppélia, Les Sylphides… En 1991, elle est engagée au Ballet du Nord de Roubaix comme maîtresse de Ballet pour le Centre chorégraphique national. Les ballets de George Balanchine, Martha Graham, Paul Taylor, Bronislava Nijinska ou Jean Babilée n’ont plus de secrets pour elle.  

Monsieur et Madame Bartkowski sont tous deux titulaires du Diplôme du d'Etat de professeur de danse depuis 1994.

Fanny Delannay

      Originaire de Tourcoing, Fanny Delannay commence la danse à l’âge de huit ans à l’Atelier de danse Vermont. Elle intègre deux ans plus tard l’école de danse du Ballet du Nord (CCN) de Roubaix où elle évolue pendant 8 ans.

    Elle aura la chance de suivre une formation diversifiée (classique, barre à terre, contemporain, modern jazz, danse folklorique, danse indienne, danse de caractère…) sous les conseils d’éminents professeurs et de participer à de nombreux stages et spectacles au sein de l’école et de la compagnie.

    Elle obtient en 1992 un premier prix en régional et en national en danse de caractère puis en 1993 elle obtient une bourse d’étude pour intégrer une formation classique à l’antenne Américaine du Bolshoï à Vail dans le Colorado deux années consécutives.

    Elle poursuit sa formation en suivant de nombreux stages en France (Perpignan, Touquet…) et complète sa formation contemporaine à Danse Création à Marcq en Baroeul de 1997 à 1999.

    Parallèlement à l’enseignement, elle danse aux Orgues de Roubaix et dans des opérettes (L’auberge du cheval blanc, la Gaîté parisienne, le pays du Sourire…) et chorégraphie plusieurs revues pour des spectacles de variétés et des podiums radio.

    Diplômée d’état en 1999, elle a enseigné dans de nombreuses écoles en milieu scolaire, en associations et écoles de danse et a présenté plusieurs groupes aux concours CND qui furent sélectionnés au niveau départemental, régional et national.

 

    Aujourd’hui, elle se consacre pleinement au plaisir de transmettre son amour de la danse à ses élèves.

     D’origine Cambrésienne, Marion Dorchies commence la danse à l’âge de 4 ans, et se forme dans diverses écoles de danse de la ville. Elle découvre la danse classique et jazz, et c’est à l’école du Centre Chorégraphique National de Roubaix qu’elle intègre en 2007, qu’elle découvre la danse de caractère, et se révèle dans la danse contemporaine. Enrichie par de nombreux professeurs renommés, elle a la chance de danser dans de nombreux spectacles, et de goûter au plaisir de la création chorégraphique. Elle obtient lors des confédérations nationales de la danse d’Anzin, de nombreux premiers prix en jazz et contemporain.

     Néanmoins passionnée, Marion se dirige vers des études scientifiques, et passe le diplôme d’Etat d’infirmière qu’elle obtient en 2014, tout en continuant de danser. En 2015, parallèlement à son métier d’infirmière, elle intègre la compagnie Améthyste. Chorégraphe, et danseuse interprète, elle sera à l’origine de plusieurs créations au sein de la compagnie qui seront représentés dans plusieurs festivals de la région. Elle continue également de se former de façon autodidacte en suivant les entraînements réguliers du danseur organisés par le centre de développement chorégraphique national de Roubaix, où elle aura la chance de côtoyer des chorégraphes et danseurs de la scène contemporaine actuelle. C’est en 2017 qu’elle se consacre entièrement à la danse et décide de reprendre ses études.

     Elle obtient le diplôme d’Etat de professeure de danse contemporaine en février 2020, ainsi qu’une licence enseignement de la danse mention bien. Elle commence à enseigner au sein des conservatoires de Wasquehal et Arras, et prend plaisir à transmettre sa passion qu’est la danse. Son parcours atypique lui permet d’adapter son enseignement et sa pédagogie, lui conférant de grandes capacités relationnelles.             Souhaitant diversifier sa pratique, et continuer à se former, elle souhaite entreprendre la formation de la pédagogie Dalcroze. Également curieuse et ouverte, elle aimerait entamer une formation en théâtre gestuelle pour développer la danse-clown. Enfin, son projet futur serait de devenir danse-thérapeute.